Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 15:55

Quarante ans plus tard…

 

Créée à Broadway en 1967, puis à Paris en 1969 avec Julien Clerc dans le rôle principal, la célèbre comédie musicale « Hair » est de retour sur les planches parisiennes. « 1969-2009, mêmes combats ! » : tel est le mot d’ordre de cette nouvelle adaptation française. Et, pourtant, on peine à être convaincu… Est-ce le sujet qui a vieilli ? Ou cette version qui manque de souffle ? Si le spectacle demeure sympathique, sauvé par le talent des interprètes, l’ensemble s’avère trop inégal pour nous emporter dans une fièvre « solid’hair ».

 

Dès la première minute, le ton est donné : finies les années 1960, nous sommes en 2009. Car cette nouvelle version de Hair repose sur un pari ambitieux, précisé par le metteur en scène Ned Grujic dans sa note d’intention : faire de cette évocation du mouvement hippie un hymne universel à la jeunesse, à l’amour, à la paix. Ambitieux, parce que si les idéaux de partage et de liberté demeurent actuels, ils sont, tels que prônés par la tribu de l’« Aquarius », fortement ancrés dans les années 1960 et leur esprit contestataire. L’Aquarius : un groupe de jeunes de l’ère beatnik qui, voyant l’un des leurs appelé à se battre pour son pays, chantent au monde leur ivresse, leur envie de vivre et leur rejet d’une société hypocrite et corsetée.


Or le spectacle, peut-être bloqué par les contraintes du livret, semble s’arrêter à mi-chemin de ce pari d’universalité… Du coup, c’est assez laborieusement que Hair tente de reprendre vie : sans réelle plongée dans l’univers des sixties ni modernisation claire et assumée, la comédie musicale se trouve à l’étroit, enfermée dans ses élans un peu vains et sa brisée de tabous qui n’en sont plus vraiment.



Pourtant, le cœur du spectacle est réussi : la plupart des morceaux sont de vrais moments de plaisir, portés par une chorégraphie dynamique et des artistes pétillants, débordants d’énergie. Leurs belles voix restituent les diverses chansons dans toute leur force, en français ou en anglais selon les cas. À cet égard, la dernière scène, sans doute la plus connue avec son célèbre Let the Sunshine In, est extrêmement bien rendue. On aimerait que tout le spectacle ait ce rythme et cette puissance…


En vérité, c’est essentiellement dans la trame même de la comédie musicale, dans ce qui fait le lien entre les chansons, que le bât blesse. Slogans à la tonalité singulièrement défraîchie, discussions sans grand intérêt ou adresses au public qui ne m’ont pas toujours paru du meilleur effet…


Quant à la mise en scène, elle ne manque pas de trouvailles : valse de costumes chatoyants déposant comme par magie les solistes au centre du plateau, originalité de la scène dans laquelle le protagoniste, Claude, subit les remontrances de ses parents… Dommage, là encore, qu’il s’agisse de moments isolés et que les efforts ne se soient pas plus concentrés sur les parties non chantées. Car, finalement, celles-ci sont loin d’être accessoires, lorsque leur faiblesse et le relatif ennui qu’elles suscitent déchargent le spectacle de son intensité. 


Sarah del Pino

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Hair, de Gérôme Ragni et James Rado

Musique : Galt Mac Dermot

Adaptation française : Sylvain Meyniac

Mise en scène : Ned Grujic

Avec : Yoni Amar, Caroline Bal, Laurent Ban, Marc Beaujour, Magali Bonfils, Daniel Delyon, Tiphanie Doucet, Julia Giamette, Antoine Lelandais, Melusine, Liza Pastor, Fabian Richard, Billy Tran, Yvana Verbecq

Chorégraphie : Raphaël Kaney-Duverger

Costumes : Sara Bianchi

Décors : Giuliano Spinelli

Lumières : Danilo Larosa

Assistantes : Sonia Sariel et Laurence Perez

Direction artistique : Marco Daverio

Direction musicale : Andrés Villani et Alberto Centofanti

Direction vocale et chœurs : Emanuele Friello

Le Trianon • 80, boulevard de Rochechouart • 75018 Paris

Réservations : 01 44 92 78 04

Du 20 janvier au 28 mars 2009, du mardi au samedi à 20 heures, dimanche à 15 h 30

Durée : 2 h 15

52,80 € | 41,80 € | 27,50 € | 15 €

Partager cet article

Repost0

commentaires

Rechercher