Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 1998 1 12 /01 /janvier /1998 23:48

Ripailles

 

J’ai « vu » récemment « les Fables bônoises », d’Edmond Brua, au Djerba, ce restaurant de la place de la Principale qui a aménagé une salle de spectacle.

 

theatre2-reduit.jpg

 

Pour la langue, on est loin de La Fontaine. En effet, ces fables sont écrites en « pataouète », ce succulent argot des Français d’Algérie. Edmond Brua pousse le caprice de lettré (dixit Camus) jusqu’à les composer en alexandrins. Imaginez donc une élégance très xviie siècle « dépareillée » par les défroques bariolées du petit peuple pied-noir des années 1930 ! L’imagination et le sens de l’observation du gourmet méditerranéen font le reste…

 

Et c’est souvent fort drôle ! Rien que les titres laissent augurer des moments souriants et goûteux : l’Os de mort, le Bras d’honneur, l’Arabe et les Rabbins, les Pléonasmes, l’Accent circonspect

 

Évidemment, ce genre de ripailles verbales nécessite des gourmands exceptionnels. Ce qui n’est pas tout à fait le cas de Guy Belaïdi. Alors que les comédiens doivent s’investir totalement dans la dégustation jouissive des vers de Brua, Belaïdi paraît parfois douter de l’excellence des mets, donne l’impression de chipoter, de manger du bout des dents, de faire le difficile… En revanche, le rondelet humaniste Henri Talau se régale visiblement à avaler son assiette, emplie à ras bord des plats épicés mijotés par Brua. Son œil et sa lippe réjouis semblent nous dire : « Ça, c’est de la gastronomie, fils ! » 

 

Vincent Cambier

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Les Fables bônoises, d’Edmond Brua

Avec : Henri Talau et Guy Belaïdi

Le Djerba • place de la Principale • Avignon

Les vendredi à 20 h 30 et samedi à 19 h tout le mois de janvier

Réservations : 04 90 85 84 36

Durée : 1 heure

Partager cet article

Repost0

commentaires

Rechercher