Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 19:42

« Que dire de l’écriture ? »

de Nicole Malinconi


Annonce de parution

Les Trois Coups.com


que-dire-de-lecriture-300Lansman éditeur

Collection : « Chaire de poétique »

Théâtre

70 pages

Format : 11,6 cm × 20,5 cm

13 euros

I.S.B.N. : 978-2-87282-971-2

Résumé :

Bien que je sois venue à l’écriture depuis maintenant plus de vingt‑cinq ans, il m’arrive encore de demeurer perplexe lorsqu’on me pose la question : « Qu’est-ce que vous écrivez ? ». Car cela ne conviendrait pas de dire que j’écris des romans – pour un roman, il faut une narration, des personnages ou, pour le moins, des voix, si l’on pense à Nathalie Sarraute, bref un souffle de roman, toutes choses qui sont absentes ou presque de mes livres –, encore moins des essais ; tout au plus pourrais-je dire que j’écris des récits, parfois, mais cela ne suffirait pas à résumer mon travail, car les brèves, les textes courts et même moins courts ne s’apparentent pas au récit. Alors, je dois procéder par la négative et je réponds que je n’écris ni romans ni essais, mais de l’écriture à partir de la vie des gens et des mots.

Les Trois Coups


Lansman éditeur • 65, rue Royale • B-7141 Carnières / Morlanwelz

Tél. (32-64) 23 78 40

http://www.lansman.org/editions/index.php

Partager cet article

Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 19:06

« La gêne du clown »

de Stanislas Cotton


Annonce de parution

Les Trois Coups.com


gene-du-clown-lansmanLansman éditeur

Collection : « Théâtre à vif »

54 pages

Format : 11,6 cm × 20,5 cm

Prix public : 10 euros

I.S.B.N. : 978-2-87282-977-4

Résumé :

Bobby Dick, fonctionnaire, rentre chez lui après sa journée de travail. Dans le hall d’entrée de son immeuble, il rencontre Philomène Planchapin, sa concierge, qui balaie en tripotant ses fantasmes…

Surgit Andromède, avec son cartable, des objets qui se brisent, un revolver… Il semble bien que la nièce de Bobby Dick ait un certain nombre de choses urgentes à dire…

Nouveau et sulfureux texte de Stanislas Cotton flirtant avec le monde du clown dont on ne sait plus bien si les personnages font rire ou peur. À l’instar peut-être de ceux d’Alice au pays des merveilles.

Les Trois Coups


Lansman éditeur • 65, rue Royale • B-7141 Carnières / Morlanwelz

Tél. (32-64) 23 78 40

http://www.lansman.org/editions/index.php

Partager cet article

Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 17:10


Annonce de parution

Les Trois Coups.com


ian-quartett

Les Trois Coups


Quartett éditions • 2 bis, villa du Progrès • 94120 Fontenay-sous-Bois

contact@quartett.fr

www.quartett.fr

Partager cet article

Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 02:05

« Valère Novarina, en scène »

de Claude Buchvald


Annonce de parution

Les Trois Coups.com


valere-novarina-en-scenePresses universitaires de Vincennes (P.U.V.)

« Théâtres du monde »

304 pages

170 × 240 mm

Illustrations

Noir et blanc

25 €

L’ouvrage

Ce livre explore l’écriture singulière de Valère Novarina, à partir de l’expérience de metteur en scène et d’actrice de Claude Buchvald. Il raconte l’histoire de cette plongée dans un univers textuel novateur et exigeant, en explorant avec les acteurs, pas à pas, son avènement sur la scène.

Écrit en un style résolument personnel et accompagné de photographies originales souvent inédites, ce livre est un acte de foi en la puissance visionnaire du théâtre.

L’auteur

Claude Buchvald, metteuse en scène, comédienne, est maître de conférences à l’université Paris‑VIII. Elle a mis en scène de nombreuses pièces de Valère Novarina, en France et à l’étranger, dont : Vous qui habitez le temps, le Repas, l’Avant-Dernier des hommes, l’Opérette imaginaire, Falstafe, l’Acteur sacrifiant.

Les Trois Coups


Il est possible de se procurer les ouvrages directement depuis le site internet des P.U.V. (www.puv-editions.fr) ou auprès des libraires.

Partager cet article

Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 17:25

Attention, ceci n’est pas
une correspondance :
c’est une épopée !


Par Lise Facchin

Les Trois Coups.com


La lecture d’une correspondance est un exercice qui peut sembler fastidieux, voire aride, souvent dévolu à la personne mythique de l’historien ou de l’archiviste fleurant bon le parfum de noisette du parchemin. La correspondance Jouvet-Copeau, parue aux « Cahiers de la N.R.F. », n’est rien de cela. Elle se lit le sourire aux lèvres, en véritable roman de l’aventure théâtrale.

louis-jouvet-615 dr

Louis Jouvet | © D.R.

Il était une fois l’histoire d’une amitié passionnelle entre deux immenses hommes de théâtre. Lorsqu’ils se rencontrent, si l’un déjà reconnu, le second n’est encore que l’embryon du comédien merveilleux qu’il deviendra par la suite. De 1911 à 1949, date de la mort de Jacques Copeau, les lettres échangées sont imprégnées de leur relation si particulière, dont la détérioration sera l’objet de très longs passages tentant de démêler les fils de l’incompréhension qui les tient séparés.

Comme l’on s’y attend, ces missives évoquent, dans un grand souci du détail, les nombreux projets de théâtre que nourrissent les deux hommes à travers l’aventure du Vieux-Colombier, même pendant les difficiles années de guerre. Le lecteur ne peut que rester étonné devant les compétences techniques de Louis Jouvet, qui fut d’abord technicien de théâtre, régisseur à toute épreuve et ne cessant jamais son travail de recherche des aménagements scéniques et, surtout, de l’éclairage. Un matériau théorique extraordinairement fécond – schémas, idées, bricolages… – se puise ainsi au fil de ces pages, Jouvet envoyant, même depuis le front, de nouvelles idées d’aménagement scénique à son « cher patron », qui les lui discute en réponse.

Si l’homme de théâtre trouvera ainsi dans cette correspondance un intérêt évident, il est manifeste par ailleurs que l’ouvrage ne saurait être réduit à cette seule dimension. Les très nombreuses lettres échangées durant les années de guerre (125 lettres conservées) sont en vérité passionnantes à plusieurs égards. Copeau, resté à l’arrière, dans les administrations du ministère de la Guerre, détaille également ce monde particulier, souvent connu des seuls spécialistes de la Grande Guerre. Jouvet, quant à lui, titulaire d’un diplôme de pharmacien, est affecté aux unités d’infirmerie après avoir passé un certain temps « simple bibi ». Il nous offre donc des descriptions, souvent pittoresques, d’un univers de la guerre dont nous avons peu l’habitude. Et puis, il faut bien le dire, Jouvet reste Jouvet : on ne peut s’empêcher d’entendre sa voix lorsqu’on le lit, et lui ne peut s’empêcher, depuis les bombardements, de relever des répliques cocasses : « Autre citation – qui vient d’un autre manilleur, très brun, très froid et très grand : “Ah oui ? Eh bien je l’em… et s’il court autant que je l’em…, on ne l’arrêtera pas demain matin, tu sais.” » *. On se surprend à éclater de rire, là où l’on a ordinairement l’habitude de sentir l’estomac se nouer.

Un appareil de notes et un lexique très riches

L’historien en aura aussi, donc, finalement, pour son argent, tant les lettres regorgent d’informations inhabituelles puisque vues par les yeux d’hommes de théâtre, s’intéressant aux postures, tons de voix, vocabulaire et autres particularités concrètes et portées par les habitudes des hommes plongés dans la guerre. Mais il n’y a pas que les années 1914-1918 qui sauront intéresser les historiens puisque, tel un roman, cette correspondance ne cesse de convoquer les plus grands personnages de l’époque : Gaston Gallimard, Paul Claudel, André Gide, Léon‑Paul Fargue, Alain Fournier… Tous seront impliqués, à un moment ou à un autre dans l’aventure du Vieux-Colombier, de sa troupe et de son école. Le travail de recherche et de documentation d’Olivier Rony, qui a su ne pas se décourager devant la masse colossale de lettres (319 au total), n’en fait que relever l’intérêt avec un appareil de notes et un lexique très riches et d’une précision chirurgicale.

Le lecteur non historien, en revanche, lui, retiendra peut-être avant tout les facettes humaines de ces hommes qui sont pourtant des légendes. Les tracas hypocondriaques de Louis Jouvet, sa fragile confiance en lui et la tendresse infinie dont il est capable ; la confiance aveugle de Jacques Copeau, sa foi catholique d’intellectuel, sa très fidèle générosité, et son exigence au bord de la tyrannie, sous laquelle se dissimule une sensibilité troublante.

Sans jamais nous tomber des mains, le livre nous fait parcourir une triple aventure. Celle d’une amitié qui s’enflamme, se nourrit, puis se délite dans l’incompréhension ; celle d’une révolution théâtrale avec la création, le remaniement, l’exportation (aux États-Unis) et la passation du théâtre du Vieux-Colombier ; et, enfin, celle, plus sous-jacente mais néanmoins passionnante, de la vie intellectuelle d’un pays, voire d’un monde, dans lequel les idées et les talents qui bouillonnaient cherchaient à unir leurs forces pour servir la création. 

Lise Facchin


* Lettre 25, page 106.


Correspondance. 1911-1949, de Jacques Copeau et Louis Jouvet

Édition établie, présentée et annotée par Olivier Rony, Gallimard, coll. « Les cahiers de la N.R.F. », Paris, 2013, 784 pages, 45 euros

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Les-Cahiers-de-la-NRF/Correspondance18

Partager cet article

Repost0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 15:55

« Printemps »

de Carole Thibaut


Annonce de parution

Les Trois Coups.com


printemps-couvLansman éditeur

Collection : « Théâtre à vif »

104 pages

Format : 11,6 cm × 20,5 cm

12 euros

I.S.B.N. : 978-2-87282-975-0

Résumé :

La pièce Printemps met en scène un groupe de jeunes gens dans une petite ville du centre de la France. Ce printemps-là marque pour eux le basculement de l’adolescence à l’âge adulte, cet instant où les vies prennent des tournants décisifs, s’orientant parfois dans des chemins imprévus, des culs-de-sac, où les rêves viennent s’achopper à la réalité…

À travers ce portrait de groupe, Carole Thibaut poursuit son cycle des Communautés territoires débuté avec l’Enfant, drame rural.

Les Trois Coups


Lansman éditeur • 65, rue Royale • B-7141 Carnières / Morlanwelz

Tél. (32-64) 23 78 40

Partager cet article

Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 12:52

« Les Agricoles »

de Catherine Zambon


Annonce de parution

Les Trois Coups.com


agricoles-300Lansman éditeur

Collection : « Théâtre à vif »

52 pages

Format : 11,6 cm × 20,5 cm

9 euros

I.S.B.N. : 978-2-87282-974-3

Résumé :

Le monde agricole a ouvert à l’auteur ses terres, ses étables, ses cuvages, et autres lieux de travail et de vie. Trois mois d’immersion dans des exploitations pendant lesquels elle a pu approcher l’homme et l’animal, cheminant avec les uns et les autres. Ici, on a fini par lui demander de traire, là de passer le balai. Elle a observé, on l’a observée… et elle n’en est pas revenue indemne. De l’émerveillement à la prise de conscience du vivant, les Agricoles retrace ce parcours.

Les Trois Coups


Lansman éditeur  65, rue Royale • B-7141 Carnières / Morlanwelz

Tél. (32-64) 23 78 40

Partager cet article

Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 12:26

« Les Soleils pâles »

de Marc-Antoine Cyr


Annonce

Les Trois Coups.com


soleils-pales-300Lansman éditeur

Collection : « Le Tarmac chez Lansman »

48 pages

Format : 11,6 cm × 20,5 cm

9 euros

I.S.B.N. : 978-2-87282-972-9

Résumé :

Tristan et Élodie, deux jeunes patients d’un hôpital menacé de destruction, sont soignés par Mademoiselle Florence, une infirmière attentive et dévouée, très préoccupée par le sort de ses jeunes patients. Lui, Tristan, pour échapper à la jungle du monde qui le menace, choisit de s’évader en devenant un tigre et en sortant ses griffes. Élodie, frappée par la maladie du vieillissement précoce, sait qu’elle ne réalisera jamais son rêve d’être chanteuse, mais veut y croire quand même, juste un peu. Quant à Florence, plutôt mal à l’aise dans son embonpoint, elle se sent bien seule pour mener tous les combats à la fois.

Ce pourrait être une pièce grave et triste. Par la magie d’une écriture tendre, souriante et subtile, elle se révèle en fin de compte une véritable leçon de vie…

Les Trois Coups


Lansman éditeur • 65, rue Royale • B-7141 Carnières / Morlanwelz

Tél. (32-64) 23 78 40

Partager cet article

Repost0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 12:08

« Screens »

de Sarah Carré


Annonce

Les Trois Coups.com


screens-300 Lansman éditeur

Collection : « Théâtre à vif »

36 pages

Format : 11,6 cm × 20,5 cm

9 euros

I.S.B.N. : 978-2-87282-969-9

Résumé :

Depuis trois jours, Baptiste a disparu. Depuis trois jours, Robbin Reynart est sans nouvelles de son fils. C’est un père en quête de réponses et d’empathie. Il s’interroge sur les causes de l’altercation qui a provoqué le départ du jeune homme. Qu’aurions-nous fait à sa place ? Laissé Baptiste s’abrutir des nuits entières devant l’écran ? Comment en arrive-t-on là, aux mains avec son gamin ? Le père évoque sa relation à un fils de plus en plus étranger, à un ado qui, entre addiction et détachement, se construit dans des relations virtuelles. Mais ce père qui cause comme un boss, entre tablette et oreillette, ne trouve comme remède à sa propre solitude que la présence virtuelle de ses milliers d’amis chinois. Ainsi, paroles du père, paroles du fils interrogent un quotidien envahi par les écrans et nous renvoient la balle.

Les Trois Coups


Lansman éditeur • 65, rue Royale • B-7141 Carnières / Morlanwelz

Tél. (32-64) 23 78 40

Partager cet article

Repost0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 19:51

« Le Temps suspendu de Thuram »

de Véronique Kanor


Annonce de parution

Les Trois Coups.com


temps-suspendu-300Lansman éditeur

Collection : « Théâtre à vif »

Théâtre

44 pages

Format : 11,6 cm × 20,5 cm

9 euros

I.S.B.N. : 978-2-87282-973-6

Résumé :

Invité en Guadeloupe pour inaugurer une école qui portera son nom, Lilian Thuram est kidnappé par Eugène, un supporter assez particulier. Cette promiscuité révélera-t-elle qui sont vraiment les deux protagonistes, le ravisseur et son otage ? Thuram, un des champions de la Coupe du monde 98, soulier d’or devenu penseur et bouche d’or : héros ou esclave de son image ? Eugène, victime des pièges de sa vie ou redresseur de torts ? Rhum aidant, parviendront-ils à découvrir cette espèce de fraternité qui les relie et les rendrait égaux ? Assumeraient-ils cette forme de liberté nouvelle que cela leur apporterait peut-être ? À moins qu’une « envoyée spéciale », qui mène aussi l’enquête, ne vienne en fin de compte brouiller les cartes…

Les Trois Coups


Lansman éditeur • 65, rue Royale • B-7141 Carnières / Morlanwelz

Tél. (32-64) 23 78 40

http://www.lansman.org/editions/index.php

Partager cet article

Repost0

Rechercher